Capacité métro

A l’époque de sa mise en service, fin 1994, le métro était exploité au moyen de 28 rames courtes     de type TFS offrant une capacité relativement limitée : 178 places. Les stations avaient pourtant été dimensionnées par anticipation de sorte à pouvoir accueillir des rames beaucoup plus longues, mais il avait été estimé à l’époque que le trafic du métro nr dépasserait pas les 50 ooo voyages quotidiens, et donc qu’une moindre capacité serait largement suffisante.

IMG_3223

Cependant, dès ses premières années d’exploitation, le nouveau réseau a remporté un très vif succès et sa fréquentation a ainsi atteint bien plus vite que prévu son seuil de saturation : 60 000 voyages.

Dès l’ouverture du prolongement vers Saint Etienne, en 1997, la situation était devenue critique ; chaque matin, à l’heure de pointe, les rames partaient complètes de la station Mairie de Sotteville,   à tel point que, Place Voltaire, il était devenu presque impossible de monter à bord. Une offre bus parallèle avait d’ailleurs due être maintenue entre Rouen et Sotteville afin de désaturer le métro. Peu après, l’autre ligne atteignait è son tour ses limites, entre Saint Sever et Petit Quevilly.

Dès la fin des années 90, notre association avait alerté les autorités intercommunales sur la nécessité de renforcer la capacité du système, afin d’être en mesure de répondre aux besoins des usagers, de leur offrir un meilleur confort, et de renforcer l’attractivité du réseau.

Les élus prirent assez vite conscience de la nécessité d’agir, mais les premières solutions envisagées,; le renouvellement partiel d’une rame sur deux, ou l’acquisition de rames de capacité moyenne, manquèrent singulièrement d’ambition. En effet, pour donner sa pleine puissance à notre métro,     il fallait, en suivant l’exemple donné par Grenoble, remplacer les TFS par des rames de 43 mètres.,

Notre association est donc intervenue à de nombreuses reprises auprès des autorités responsables des transports urbains pour que cette option soit retenue. Il fallut combattre de très vives réticences, mais l’idée s’est finalement imposée : en 2013, 27 rames Citadis arrivaient sur notre réseau.