Rentrée 2016 : la ligne T1 interrompue au CHU.

IMG_5505.JPG

Le fait majeur concernant cette rentrée sur le réseau Astuce est la suppression de la section terminale de la ligne T1, entre le CHU et le Boulingrin.

Cette mesure sera très pénalisante pour de nombreux usagers qui devront effectuer un détour pour accéder au CHU. Elle est cependant justifiée par la nécessité de renforcer les fréquences sur l’autre extrémité de la ligne, en direction de Mont Saint Aignan, de sorte à prendre en compte des affluences qui étaient devenues ingérables. Le nombre de véhicule TEOR étant limité, il a été nécessaire de sacrifier la section CHU-Boulingrin pour libérer les bus utiles au renforcement du service en direction du campus.

Notre association ne conteste pas le bien-fondé de cette opération au regard des surcharges constatées sur la ligne T1 au cours des années précédentes et compte tenu du nombre très important d’usagers qui bénéficiera ainsi de meilleures conditions de déplacement.

Nous demandons cependant que des mesures réparatrices soient prises afin de compenser la suppression de la desserte CHU-Boulingrin.

Nous demandons ainsi concrètement :

  1. Pour le long terme :

Le prolongement de la future ligne T4, dès sa mise en service, en septembre 2018, vers le pôle CHU-Martainville.

boucle martainville.JPG

2. Dans l’immédiat : 

Pour qu’un lien soit maintenu entre le Boulingrin et le CHU au cours de la période intermédiaire, nous demandons que soit mis en place une navette ou, mieux encore, un prolongement de la ligne 40 dont le nouveau terminus serait établi au débouché de la rue d’Amiens à proximité immédiate de l’entrée annexe du CHU et de la Fac de médecine.

plan 40 CHU.jpg

IMG_5588.JPG

Mise en place d’un service garanti en cas de grève sur le réseau Astuce

Suite aux mouvements de grève du printemps dernier, et soucieux de modérer les impacts des mouvements sociaux sur la vie quotidienne des usagers, le Conseil métropolitain a validé le 29 Juin dernier une disposition visant à organiser un service minimum garanti en cas de grève.

Cette disposition ne remet pas en cause le droit de grève, mais en aménage l’exercice de sorte à permettre l’organisation d’un service optimisé avec les personnels non grévistes : concrètement, les agents souhaitant exercer leur droit de grève devront désormais le déclarer 48 h à l’avance, de sorte à permettre à l’exploitant d’organiser un service adapté et d’en informer les usagers.

Le niveau de service déployé sur chaque ligne dépendra alors du taux de grévistes : par exemple, sur le métro et sur TEOR, en heure de pointe, la fréquence, normalement établie à 6 minutes, sera ramenée à 9 minutes si il y a 30 % de grévistes et à 15 minutes si il y 60 % de grévistes ; sur les lignes de bus d’importance moyenne (5, 6…) les intervalles passeront ainsi de 12 à 18 ou 30 minutes selon le cas.

Certes, les conditions de transport seront alors dégradées par rapport à la normale, mais la solution retenue serait moins pénalisante que la situation vécue lors des épisodes récents, où prévalaient l’incertitude de la venue d’un bus ou le blocage intégral du métro.

Consultée sur ce projet, notre association a émis un avis favorable, au regard des avantages apportés aux usagers.